Obésité : le risque est deux fois plus élevé chez les ados critiqués sur leur poids

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

La chirurgie de l’obésité présente une grande avancée médicale pour les personnes qui souffrent de surpoids ou d’obésité, et qui trouvent une difficulté à perdre du poids à travers le sport et les régimes alimentaires. Réaliser une chirurgie bariatrique comme une sleeve réussie en Tunisie présente sans doute une solution efficace et satisfaisante pour combattre plusieurs complications physiques et morales.

En effet, en plus des problèmes de santé et des risques associés à l’obésité (comme les problèmes cardio-vasculaires, l’hypertension artérielle, arthrose, les maladies métaboliques, certaines cancers, la dépression, etc.), les obèses souffrent d’humiliations diverses et de perspectives professionnelles réduites. Bref, plusieurs problèmes et handicaps qui poussent ces personnes à recourir à la chirurgie de l’obésité.

Chez les enfants, les adolescents et les adultes, le problème est encore plus grand. En effet, selon une étude élaborée par les chercheurs de l’Université du Connecticut aux Etats-Unis, les personnes qui ont souffert d’harcèlement et de moqueries pendant lors adolescence présentent un risque deux fois plus élevé de devenir obèse  que les autres, une fois devenues adultes.

Un manque de confiance en soi

Après avoir suivi régulièrement 1.800 personnes (entre leurs 15 et 30 ans), les scientifiques ont conclu que les jeunes qui ont été cible de moqueries, par leurs proches ou par leurs camarades, ont tendance à avoir une confiance en soi ébranlée et une mauvaise image d’eux-mêmes. Le phénomène est surtout important notamment chez les fillettes.

Manger plus en situation de stress

En plus de ces conclusions, les chercheurs ont également indiqué que les personnes qui sont victimes de remarques blessantes et embarrassantes sur leur poids, ont des habitudes alimentaires moins saines et considèrent la nourriture comme un refuge contre le stress.

Les scientifiques de l’Académie américaine de pédiatrie (AAP) sur l’obésité infantile conseillent les parents d’éviter les remarques et les moqueries sur le poids de leurs enfants, et de ne pas laisser les autres adresser des remarques vexantes sur ce sujet. Ils recommandent également d’inculquer les enfants de bonnes habitudes alimentaires, et ce en prenant régulièrement des repas familiaux.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »