En cavale depuis 30 ans, il subit plusieurs opérations de chirurgie esthétique pour échapper à la police

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Il aura fallu trente ans pour appréhender «Cabeça branca» («Tête blanche»), alias Luiz Caros Da Rocha. Cette sommité dans le trafic de cocaïne en Amérique du Sud a été arrêtée par la police brésilienne à Sorriso dans l’Etat de l’Etat du Mato Grosso au Brésil.

Son arrestation a nécessité la mobilisation de plus de 150 agents pour cette opération baptisée Spectrum par la police fédérale brésilienne. Il faut dire que l’individu a su se faufiler entre les mailles du filet depuis une bonne trentaine d’année en vivant discrètement et en restant tapi dans l’ombre pour ainsi confirmer le célèbre adage : « pour vivre heureux vivons caché ».

Pour se faire oublier par les autorités, Luiz Carlos da Rocha a pu changer d’identité en se faisant appeler Vitor Luiz de Moraes. Dans le pays de la chirurgie plastique, le narcotrafiquant n’a pas trouvé de difficultés pour se dégoter plasticien prêt à réaliser une chirurgie esthétique plastique et qui après plusieurs opérations a pu modifier son visage.

Consciente de cette possibilité, la police fédérale brésilienne a comparé des anciens clichés du narcotrafiquant avec celle du dénommé Vitor Luiz de Moraes. Aidé par des plasticiens renommés, les autorités ont vite compris qu’il s’agissait de la seule et même personne.

Les agents fédéraux ont vite procéder à l’arrestation du baron de la drogue avant de le voir encore s’échapper. Il a été intercepté en compagnie de son bras droit et plus de 10 millions de dollars de biens ont été confisqués. On estime que «Cabeça branca» a amassé plus de 100 millions de dollars de fortune personnelle en menant un trafic international en cultivant et transformant la cocaïne en Bolivie et au Pérou avant d’écouler sa marchandise en Europe et aux États-Unis.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »