J’aime un plasticien…

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Je regarde ma montre, il est en retard comme d’habitude…Je l’attend quand même, ce chirurgien esthétique qui s’investit à fond pour rendre heureuses ses patientes sans jamais s’apercevoir qu’il fait  souffrir la femme de sa vie…
Le temps ne passe pas vite. Je m’ennuie à mort. En face de moi, un vicieux qui ne cesse de contempler mes jambes. À ma droite un adolescent essaye de convaincre sa petite amie qu’il ne l’a jamais trompée et à ma gauche un vieil homme joue aux mots croisés.

Rien n’attire mon attention. Pas de musique. Pas de télé. J’ouvre mon Mac. J’essaye de travailler, de lire quelques articles sur le web. Mais je n’arrive pas à me concentrer…Je décide alors d’écrire n’importe quoi, des expressions insignifiantes qui me viennent à l’esprit, des mots sans importance qu’un psychologue trouverait peut-être très intéressants :


« Il viendra bientôt mon cher plasticien. Combien de nez a-t-il réparé aujourd’hui ? Combien de seins a-t-il rehaussé ? Il est constamment tenu par le secret professionnel et il ne me raconte presque rien au sujet des peoples qu’il opère.

Je me demande qu’est-ce qu’il n’aime pas chez moi ? Se marier à un fabriquant de beauté est un challenge pas évident. S’il a décidé de consacrer sa vie à rendre beau ce qui est moins beau alors il a certainement quelques attentes personnelles dans ce domaine.  Je serais bientôt sa femme et je serais sa vitrine.  Pour son égo et sa réputation, il n’acceptera peut-être pas, que je continue à garder mon nez disgracieux, mes seins trop petits, et mes bourrelets graisseux. Aujourd’hui, il m’aime telle que je suis. Mais qui sait le jour où la monotonie frappera à notre porte ?
La perfection ne compte pas trop pour moi. Je sais que la chirurgie plastique donne de très bons résultats. Ceux qui ont de l’argent font souvent des opérations esthétiques. Ceux qui sont moins riches subissent leurs traitements à l’étranger comme Céline une collègue à moi, qui vient de faire son lifting des cuisses en Tunisie.

Chirurgie esthétique, chirurgie esthétique, tout le monde en parle. Mais moi, je m’aime telle que je suis. La robe pigeonnante n’est pas mon style. La graisse en excès ne me gêne pas. D’ailleurs, un professeur de l’Université de Pittsburgh, Will Lassek vient de publier un article dans lequel il prétend que les femmes avec des formes donnent naissance à des enfants très intelligents…

Je ne suis pas obligée de passer sous le bistouri pour plaire à l’homme de ma vie. Mais, lorsqu’un jour mes joues commenceront à dégringoler je n’hésiterai pas à faire quelques retouches.  Je trouve qu’une femme d’une beauté naturelle est infiniment plus séduisante qu’une femme qui cherche à se transformer en une autre personne…Je désire rester la même. Décidément, moi et mon plasticien nous allons vieillir ensemble… ».

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »