Commissaire aux comptes et expert-comptable : quelles différences ?

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Dans un domaine professionnel de plus en plus ramifié et compliqué, l’Etat Français et ses structures financières réclament aux entreprises des informations comptables claires et transparentes. Deux métiers indépendants mais complémentaires y interviennent : le commissaire aux comptes et l’expert-comptable, et dont la nature de leurs missions est souvent ambigüe. Ci-dessous quelques éclaircissements :

La profession de l’expert-comptable

Il planifie et gère la comptabilité des sociétés (quelle que soit leur activité) au quotidien, élabore régulièrement les déclarations de TVA, participe à la gestion de paiement, rédige les contrats de travail, établit les bilans d’entreprise,…

Parallèlement, l’expert-comptable pourra exécuter des missions ponctuelles ou occasionnelles en rapport avec la gestion globale de l’entreprise. Ainsi, il peut prodiguer des recommandations au chef d’entreprise afin d’améliorer la croissance financière et diminuer les dépenses lourdes.

La profession du commissaire aux comptes

Le commissaire aux comptes intervient auprès des structures professionnelles en tant que auditeur  et analyste. Il a pour rôle de contrôler la régularité et l’exactitude des données financières par l’entreprise.

Il est aussi amené à réaliser des certificats comptables en cas de procédure collective et à informer le procureur de la république des fraudes enregistrées lors de son contrôle.

Donc en bref, et au contraire de l’expert-comptable, le commissaire aux comptes intervient suite à une décision des recettes des finances pour vérifier si les règles  comptables sont respectées par la société.

La nomination d’un commissaire aux comptes, est-elle obligatoire ?

La désignation d’un commissaire aux comptes à Paris est obligatoire dans les SA et SCA. Dans une SARL ou une SUARL, celle-ci est optionnelle tant que certains facteurs ne sont pas outrés. A titre d’exemple : Un commissaire aux comptes ne peut intervenir que si l’entreprise a dépassé le 1 M€ de total du bilan.

En conclusion, ces deux professions, chacune régie par  un Ordre et des principes  déontologiques propres, veillent à la qualité des comptes et à l’évaluation des risques, et participent aussi à la prospérité et à la pérennité de l’entreprise.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »